Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.ja-sante.fr/
http://www.canyon.fr/

Radiologie interventionnelle : faible niveau de radioprotection au bloc opératoire (ASN)

PARIS, 3 novembre 2017 (TecHopital) - L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a constaté un faible niveau de radioprotection lors des interventions radioguidées réalisées au bloc opératoire, en particulier dans les cliniques, lors d'un bilan de son activité 2016 en Ile-de-France présenté en octobre à la presse.

Lors de ses inspections conduites en 2016 en Ile-de-France dans le domaine de la radiologie interventionnelle, l'ASN a observé une prise en compte de la radioprotection "très inégale" selon les services et les spécialités.

Pour les interventions pratiquées dans des salles dédiées comme en neurologie et en cardiologie, l'ASN estime que le personnel est sensibilisé à la radioprotection.

En revanche, pour les actes interventionnels réalisés dans les blocs opératoires, l'ASN considère que le niveau est "plus faible", le "personnel moins bien formé", a résumé Bastien Poubeau, chef de la division de Paris.

Il a décrit des médecins, notamment libéraux, "qui ne se protègent pas, ne suivent pas leur exposition et sont peu formés à l'utilisation des machines".

Il a également noté une importante hétérogénéité parmi les prestataires externes de physique médicale, qui pour certains font "très peu de présence sur site". Pour beaucoup de structures, dont les cliniques privées, "trop souvent l'action se limite à une étude documentaire à distance, sans présence physique", a-t-il déploré.

"Nous attendons qu'ils aillent sur site au bloc opératoire et qu'ils forment les praticiens à utiliser les machines", a déclaré Bastien Poubeau.

L'autorité a organisé un séminaire à destination des services de santé au travail fin septembre pour renforcer la radioprotection dans ce domaine.

Radiothérapie: lutte contre les erreurs de côté

S'agissant de la radiothérapie, l'ASN a rappelé que 3 erreurs de côté avaient été déclarées en 2015-2017 par des établissements d'Ile-de-France.

La dernière remonte au 15 novembre 2016, date à laquelle l'ASN a été informée d'un "événement significatif de radioprotection" survenu à l'hôpital intercommunal de Poissy/Saint-Germain, lors de plusieurs séances de radiothérapie au niveau de l'amygdale.

L'ASN rapporte une erreur de côté survenue lors de la préparation du traitement à l'étape de contourage des volumes cibles. Celle-ci a conduit à délivrer le traitement du côté sain durant 16 séances sur un total de 25.

L'erreur a été découverte après la 16e séance, suite à des interrogations du patient sur les effets secondaires du traitement.

Selon l'autorité, ces incidents sont liés au déploiement des nouvelles techniques de traitement tridimensionnel.

Elle a envoyé en avril 2016 un courrier à l'ensemble des centres de radiothérapie de la région pour alerter sur ce type d'évènement.

En outre, l'ASN considère que les centres ont "globalement progressé". Elle note que la plupart d'entre eux disposent désormais d'un référentiel documentaire décrivant leurs méthodes de travail et leur organisation pour renforcer la qualité et la sécurité des soins.

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait