TecHopital.com

 

Blanchisserie: l'origine des textiles influe sur le montant des taxes "eaux usées"

Crédit : Shutterstock
Crédit : Shutterstock

PARIS, 21 janvier 2018 (TecHopital) - Alors que l'origine des textiles semble avoir un impact direct sur les concentrations en polluants des eaux usées rejetées par les blanchisseries hospitalières, l'achat de textiles français répondant aux normes environnementales européennes permet de polluer moins et au final de payer moins de taxes, affirme Jérémy Bucia, directeur de la blanchisserie de Saint-Etienne et acheteur national "textiles" pour le réseau coopératif d’achats hospitaliers (UniHA).

Les blanchisseries hospitalières lavent des draps et des vêtements issus de textiles souvent fabriqués à l'étranger car ils coûtent moins cher. Des textiles qui proviennent d'Asie (Bangladesh, Pakistan, Chine) ou du Maghreb. Or, "ces pays ont des réglementations environnementales moins contraignantes qu'en Europe et utilisent plus de substances polluantes pour la fabrication des textiles, et notamment des draps", a expliqué à TecHopital le responsable de la blanchisserie de Saint-Etienne.

"Les toxiques se trouvent dans l'apprêt utilisé pour le tissage des linges. Ils emploient en effet des apprêts chimiques pouvant être irritants, allergènes, toxiques, voire cancérigènes": des hydrocarbures, des pesticides, des nonylphénols, des métaux lourds (zinc, plomb, cadmium), des composés organiques volatils (COV), etc. Par exemple, "les hydrocarbures servent à confectionner les draps" (cf brève TecHopital du 12/12/2018).

Or, ces molécules ne disparaissent pas forcément au premier lavage mais peuvent être relarguées au bout de

Pour accéder à la suite de l’article, vous pouvez :
  • Soit vous inscrire sur notre site ou vous identifier si vous êtes déjà inscrit
    Pour vous inscrire, cliquer ici.
    Pour vous identifier, cliquer ici .
  • Soit accepter les cookies de performance et de suivi. Ceux-ci nous permettent d’établir des statistiques que nous partageons de manière anonyme avec nos annonceurs. C’est en effet grâce à la publicité, que ce site est financé et que les articles rédigés par nos journalistes sont mis à votre disposition gratuitement.
    Pour modifier les paramètres de vos cookies, cliquer ici.

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Agenda