Une opération de maintenance est prévue vendredi 14 Aout 2020 entre 12h30 et 13h00. L'accès au site sera interrompu durant cette période. Nous vous remercions pour votre compréhension.

Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Les établissements de santé doivent trouver un juste équilibre entre achats et locations (Ugap)

(Jean-Yves PAILLÉ, à la Paris Healthcare Week)

PARIS, 29 mai 2019 (TecHopital) - Sébastien Taupiac, directeur de l'activité de santé de l'Union des groupements d'achats publics (Ugap), a mis en avant l'importance de trouver un juste milieu entre achats et locations de biens pour les établissements de santé, le 21 mai, à la Paris Healthcare Week (PHW).

Lors d'une session intitulée "Situation financière des hôpitaux et impact sur la performance achat", Sébastien Taupiac a souligné que certains directeurs d'hôpital souhaitent "être propriétaires de tous" leurs équipements et services hospitaliers, d'autres disent qu'ils veulent "tout louer". Selon lui, "il y a un juste milieu [...]. Il faut savoir pourquoi on passe en leasing [location] ou en investissement. Il n'y a pas de dogme disant 'Je suis propriétaire de tout ou je ne suis propriétaire de rien'", a-t-il fait valoir.

Interrogé par APMnews (site d'information du groupe APM international, dont fait partie TecHopital), en marge de la PHW, il a souligné l'importance de s'interroger sur le "timing de l'innovation" pour définir la meilleure solution entre acheter ou louer. C'est-à-dire de réfléchir à si, par exemple, "au bout de 10 ans" le matériel est "déconnecté en matière de sécurité, de performance, de productivité", et voir ainsi si cela a un intérêt d'en devenir propriétaire.

Il a évoqué des exemples où la location est un choix plus judicieux, notamment les "nombreuses évolutions dans le monde informatique" sur "la capacité des ordinateurs la cybersécurité", ou les véhicules -notamment les ambulances- "qui deviennent connectés". "Est-ce que lorsque j'achète une ambulance je vais la garder 10 ans, où est-ce que dans 5 ans la technologie, le digital, la géolocalisation ne m'obligeront pas de toute façon à revendre ce bien au bout de 3-4 ans, alors que j'aurais voulu le garder 10 ans?", a-t-il interrogé.

"Beaucoup de CHU" louent des équipements à l'Ugap car il sont "contraints" d'être constamment à jour en matière de technologie.

Sébastien Taupiac a estimé que certains établissements français, contrairement à une culture anglo-saxonne de "l'usage", ont une "culture" de la propriété, ce qui peut les pénaliser: parfois "les hôpitaux n'arrivent pas à revendre à la fin", car certains équipements "ne valent plus rien" au bout de plusieurs années.

"Ce qui doit orienter le choix d'une stratégie d'investissement ou financière, c'est déjà la très bonne connaissance de son parc, quels sont les équipements, quel âge ont-ils, comment sont-ils utilisés", a poursuivi le directeur de la division santé de l'Ugap. Ce dernier a aussi mis en avant la nécessité pour une centrale d'achat "d'accompagner [les établissements] sur des prévisions en matière de valeur résiduelle au bout de 5-6 ans" afin de les aider à prendre la bonne décision.

"Un enjeu majeur quand on loue un bien est de veiller à le restituer dans un état idéal, [...] cela oblige probablement aussi l'hôpital, quand il est en 'mode financement' sur des équipements, à travailler la conduite du changement, la formation, la maintenance, le suivi de l'équipement, [...] cela exige un regard vis-à-vis du bien peut-être un peu différent d'un bien dont on est propriétaire", a-t-il prévenu.

Des Ehpad de plus en plus intéressés par la location

Il a par ailleurs évoqué le cas des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes [Ehpad], qu'il estime de plus en plus intéressés par le financement locatif.

"On a beaucoup d'Ehpad qui viennent nous voir sur le financement locatif pour notamment des niveaux de dépendance plus grands", avec un besoin en "lits intelligents, l'obligation de se doter de solutions par rapport à la chute, à la fugue", a-t-il exposé.

Et de poursuivre: pendant longtemps, ces établissements "n'avaient pas besoin de renouveler leur parc, leurs chambres. Aujourd'hui, par le niveau médical exigé, par le niveau de dépendance des personnes âgées, [les Ehpad] commencent à venir nous voir en nous disant ne pouvoir financer pour être propriétaires de biens qui seront obsolètes" et n'ayant souvent, de toute façon "pas le budget" nécessaire, "car ils ne sont pas conçus pour investir dans la haute technologie".

Il a indiqué lors de son intervention que l'Ugap "discute actuellement avec des Ehpad sur du financement locatif de lits de long séjour". Et d'arguer: "Un lit de long séjour ne dure plus [...] 12-13-15 ans dans un Ehpad avec l'arrivée du connecté, des capteurs, du digital dans les lits".

S'appuyant sur cet exemple, Sébastien Taupiac a estimé que "la transformation du produit peut générer une transformation du comportement d'achat".

L'Ugap a ouvert en février 2018 un marché locatif pour l'ensemble de son catalogue, rappelle-t-on.

Actuellement, la centrale a plus de 30 millions d'euros de projets d'achats en leasing.

Elle a opéré plus de 600 millions d'euros d'achats dans le secteur hospitalier en 2018, dont plus de 17 millions d'euros de leasing (cf dépêche TecHopital).

jyp/ab/nc

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
https://www.techopital.com/contact.php
Les offres
Agenda