Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr
http://www.canyon.fr/

"Bois H2" : une étude de l'interaction bois/bactéries menée en coopération avec les CHU d'Angers et Nantes

Des études récentes ont montré les effets bénéfiques d'un environnement en bois sur la santé mais peu d'établissements de santé osent encore utiliser ce matériau.

Et pour cause... Sa surface poreuse est accusée d'être inappropriée dans des environnements sensibles aux infections microbiennes, tel qu'en milieu hospitalier.

En 2017, l’Ecole supérieure du bois de Nantes (ESB) a mis en place une coopération régionale en partenariat avec les CHU d’Angers et de Nantes et lancé une étude afin d'observer l’activité bactéricide et/ou bactériostatique du bois, son activité antifongique en milieu contaminé. Que deviennent ces bactéries : sont-elles piégées, en phase de latence ou définitivement détruites ?

Le consortium "Bois H2", composé d’une quinzaine de chercheurs, est soutenu par le Codifab, l’organisme de financement de la filière bois.

"Nous avons réussi à établir que des interactions existent lors de la mise en contact de bactéries avec le bois. A ce jour, plusieurs essences ont été testées vis-à-vis d’une trentaine de souches bactériennes, sensibles ou non aux antibiotiques. Les premiers résultats prouvent déjà une activité forte pour des couples essence de bois - souche bactérienne", révèle Christophe Belloncle, directeur de la recherche au sein de l'ESB.

Hélène Pailhories, maître de conférence des universités-praticien hospitalier (MCU-PH), contribuant à ce projet dans le cadre de ses recherches pour le laboratoire de bactériologie-hygiène du CHU d'Angers, a indiqué : "Nous travaillons sur la notion de spectre d’activité et les premiers résultats sont très intéressants. Une souche peut être fortement impactée par un type d’essence en particulier et ne montrer aucune réaction au contact d’un autre".

Et de poursuivre : "A terme, notre objectif est de trouver comment fonctionne cette activité et à quoi elle est attachée afin de découvrir au bois de nouvelles propriétés, de contribuer à sa réhabilitation dans le milieu de la santé et de prouver que ce matériau peut être utilisé, notamment en environnement hospitalier".

gdl/ab

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda