Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

http://www.experiencepatient.fr/barometre

Tesalys continue sa croissance et son déploiement en France

Crédit: Shutterstock/Vandathai
Crédit: Shutterstock/Vandathai

SAINT-JEAN (Haute-Garonne), 10 septembre 2018 (TecHopital) - Tesalys, fabricant de machines de traitement des déchets d'activité de soin à risque infectieux (Dasri), continue sa croissance et devrait atteindre 6 millions d'euros de chiffre d’affaires en 2018, soit deux fois plus qu’en 2017, a expliqué Miquel Lozano, cofondateur de cette société, à TecHopital.

L’entreprise souhaite continuer à développer sa présence en France. Elle est déjà présente dans 50 pays étrangers où environ 300 machines ont été installées. En juin 2017, en collaboration avec une ONG irakienne et avec le financement de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tesalys a contribué à la mise en place d’un centre de traitement des déchets médicaux issus de 23 établissements de santé dans les camps de réfugiés de la région de Mossoul, durement touchée par la guerre, est-il expliqué dans un document.

Annuellement, le volume de commande s’élève en moyenne à une centaine de machines.

"Notre présence en France est limitée due à une réglementation contraignante, et au fait que nos équipements ont été homologués récemment. Aujourd’hui, nous avons des machines dans des laboratoires, des petites cliniques et des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad)", a expliqué Miquel Lozano à TecHopital.

"Nous avons la volonté de développer notre présence sur le marché français à partir de l’année prochaine", a précisé le cofondateur de l’entreprise. D’après le document communiqué, l’entreprise compte équiper plus de 20 sites d'ici 2019, dont des laboratoires d’analyses, des cliniques privées ou des établissements de soins de suite et de réadaptation (SSR). C'est deux fois plus qu'actuellement.

En 2018, l’entreprise prévoit un chiffre d’affaires à hauteur de 6 millions d’euros, soit une croissance de 100% par rapport à 2017. Elle projette d'atteindre 25 millions d’euros de CA à l’horizon 2022.

En 2017, l’entreprise avait levé 1,5 million d’euros auprès d’Entrepreneur Venture Gestion afin de "répondre à la demande croissante au niveau mondial et procéder à des recrutements pour étoffer son équipe et sa présence en France et à l’étranger". Une nouvelle levée de fond est prévue prochainement.

Pour accompagner sa croissance, l’entreprise prévoit de recruter 5 personnes d’ici la fin de l’année, pour compléter l’équipe de 15 personnes.

Cette levée de fonds devrait permettre de "développer notre gamme de machine, nous continuons d’investir dans la R&D pour améliorer notre technologie et développer de nouvelles machines", explique Miquel Lozano.

Tesalys commercialise des machines de capacités allant de 20 à 80 litres. "Notre système permet de traiter les Dasri sur place, c’est-à-dire qu’on évite le transport de ces déchets et l’incinération qui est problématique. Aujourd’hui, nous avons une machine qui peut traiter entre 2 kilogrammes et 5 kilos par heure", a précisé le cofondateur.

Dans une brochure, il est expliqué que les systèmes vendus par Tesalys disposent d’un "système de broyage intégré qui permet non seulement une réduction conséquente du volume, [mais aussi] du poids des déchets", réduit à hauteur de 80%.

"La première phase de broyage augmente l’exposition des micro-organismes à la vapeur stérilisante à 135° permettant d’obtenir une réduction de la charge microbienne de départ allant jusqu’à 8 log10".

Un cycle de traitement dure une trentaine de minutes.

Les machines permettent de traiter des consommables en plastique ou en verre (boîtes de Pétri, tubes à essai, tubes de prélèvement, pipettes), du matériel à usage unique (champs opératoires, gazes, compresses, bandages), des équipements de protection individuelle (gants, casaques, blouses, combinaisons, lunettes, masques, charlottes, surchaussures), des Dasri piquants, coupants, tranchants (PCT) (aiguilles, seringues, lames de bistouri, verre), des sets de soins jetables, petite instrumentation en plastique ou en métal, des instruments de chirurgie à usage unique, des déchets d’hémodialyse (litres d’hémodialyse, circuits), des déchets infectieux liquides ou contenant des liquides (poches de sang, urines), ainsi que des déchets issus de R&D sur dispositifs médicaux.

"Nous avons aussi développé une gamme de sacs poubelles qui sont résistants à la chaleur, et des cartons d’emballage pour le transport des déchets, qui facilitent l’utilisation de nos machines. Les cartons sont doublés d’un plastique, donc sont conformes aux normes françaises", a détaillé Miquel Lozano.

se/nc

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait

Inscrivez-vous Ă  la newsletter gratuite

Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement Ă  TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRĂ©agissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez Ă  traiter et Ă  transmettre vos informations personnelles conformĂ©ment aux termes de la loi.  (Notice lĂ©gale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions