Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Transition énergétique: "la marche est haute" pour le sanitaire et le médico-social (Anap)

Crédit: Fotolia/Lulu Berlu
Crédit: Fotolia/Lulu Berlu

Le Comité pour le développement durable en santé (C2DS) organisait jeudi 11 février une journée de réflexion sur la transition écologique dans le monde de la santé en partenariat avec l'Agence parisienne du climat (APC). Pour le directeur général de l'Agence nationale d'appui à la performance (Anap), Christian Anastasy, qui s'est exprimé au cours d'une table ronde, les établissements sanitaires et médico-sociaux publics ont un travail "considérable à faire" sur ces thématiques.

Il a indiqué que les hôpitaux représentent "60 millions de mètres carrés construits", soit le plus gros patrimoine immobilier public. Un patrimoine qui est relativement récent (12 ans en moyenne), grâce notamment aux Plans hôpital 2007 et hôpital 2012.

A l'inverse, les 20 millions de m2 du médico-social sont historiquement plus anciens et plus morcelés (sur environ 20.000 établissements).

Christian Anastasy a souligné la complexité, dans ces conditions, de la transition énergétique dans les établissements sanitaires et médico-sociaux. Estimant entre 300 euros et 1.000 euros au mètre carré le coût d'une mise aux normes "énergie", il a jugé que "rénover le patrimoine actuel" et ses 80 millions de m2 serait "impossible": "personne ne peut financer ça".

Le progrès de la médecine devrait être facilitateur et amener à réduire les surfaces hospitalières, a-t-il tout de même observé, estimant que d'ici cinq ans "50% des actes" réalisés aujourd'hui au bloc opératoire auraient des alternatives non chirurgicales. "Il va falloir spécialiser les soins aigus" et donc "concentrer le patrimoine".

Une telle évolution pourrait cependant être contrariée par les besoins en soins de proximité des "15 millions de personnes atteintes de pathologies chroniques" en France. Si, à l'inverse, "le progrès numérique" contribuera potentiellement à "compenser" ce phénomène, le directeur de l'Anap a suggéré qu'un lobbying important s'opposerait de toute façon à la fermeture des structures de proximité.

Et pourtant, "si on ne fait rien", les établissements sanitaires et médico-sociaux devraient à long terme pâtir de la progression de la taxe carbone sur les énergies fossiles. Actuellement de 14,5 euros la tonne de CO2, il est prévu qu'elle atteigne 22 euros la tonne en 2016, 56 euros en 2020 et 100 euros en 2030.

"Il y a un combat à mener, qui est le combat de l'opinion", a plaidé Christian Anastasy. Il faut pour cela "arriver à prouver qu'il est plus intéressant d'investir" dans la transition écologique que de ne rien faire, autant financièrement qu'en termes de qualité de prise en charge.

Chiffres du C2DS à l'appui, le directeur de l'Anap a présenté une simulation réalisée par l'agence et pointant les économies que réaliseraient un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et un établissement de santé s'engageant dans une démarche de développement durable.

La CDC accompagne la transition énergétique

La "transition écologique et énergétique" fait partie des priorités de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), a fait valoir son responsable développement, Pierre Laurent.

Il a indiqué que "six projets majeurs" avaient bénéficié de prêts "très bonifiés" dans le cadre du dispositif haute qualité environnementale (HQE) hôpital, dont le nouvel hôpital d'Orléans.

Il a également évoqué des "éco-prêts à taux zéro [...] destinés à financer" des rénovations dans le médico-social et "conditionnés à la performance énergétique". A ce jour, une quinzaine d'établissements en auraient bénéficié.

A l'avenir, la CDC entend favoriser la transition énergétique, et tout particulièrement la rénovation thermique, des établissements publics de santé. "Dans les jours qui viennent" une enveloppe d'1,5 milliard d'euros de prêts à taux zéro s'ouvrira aux candidatures, a-t-il rappelé. L'échéance de remboursement de ces prêts pourra aller "jusqu'à 20 ans".

Questionné par l'auditoire, le représentant de la CDC a confirmé que les établissements privés, y compris à but non lucratif, n'étaient pas concernés par ce programme.

Il a fait le constat général d'un "essoufflement de l'investissement hospitalier". "Les budgets se réduisent" et la CDC voit finalement "assez peu passer de projets de rénovation" dans le cadre du Plan hôpital 2012.

Pierre Martin

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
https://new.abb.com/fr/sante
https://www.ecophon.com/fr/connaissance/hc---noise-affects-quality-of-care/

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions