Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Transports sanitaires: le CH de Martigues rationalise

MARSEILLE, 8 avril (Direct Hôpital) - Le centre hospitalier de Martigues (Bouches-du-Rhône) a mis en place un dispositif innovant de régulation des transports sanitaires pour ses patients dialysés. Un moyen de maîtriser les coûts et d'améliorer le confort des patients.

Le premier bilan réalisé suite au déploiement de ce dispositif s'avère "très positif", a expliqué à l'Agence de presse médicale (APM) le chargé de mission sur la gestion du risque à l'Agence régionale de santé (ARS) Provence-Alpes-Côte d'Azur, Olivier Thenaille.

 

Ce dispositif s'inscrit en effet dans le cadre du programme régional de gestion du risque. Une convention a été signée début juillet 2012 entre l'ARS, l'assurance maladie, le CH de Martigues (540 lits et places), les organismes de transport (ambulances et taxis) et les équipes de soins de l'unité de dialyse de l'hôpital.

Il s'agit premièrement d'optimiser les rendez-vous du patient, en regroupant ses séances de dialyse et les autres examens nécessaires.

Les patients doivent être dialysés trois fois par semaine, rappelle Olivier Thenaille. Ce traitement, lourd, est "générateur de transports". Et plus de la moitié des patients dialysés ont besoin de consultations pour d'autres soins. Or, ces consultations n'avaient souvent pas lieu le même jour que les dialyses.

Une "meilleure organisation de ces rendez-vous", en les adaptant aux séances de dialyse, a permis d'améliorer la qualité des soins dispensés tout en évitant de générer des transports supplémentaires.

Le second objectif vise à adapter le mode de transport utilisé à l'état de santé du patient. Une fois par mois, les prescripteurs vérifient le mode de transport prescrit. Il arrive que l'évolution de l'état de santé du patient ne légitime plus un transport en ambulance et qu'un transport en véhicule sanitaire léger (VSL) suffise, indique Olivier Thenaille.

Enfin, le CH de Martigues dispose d'un outil informatique permettant de centraliser toutes les commandes de transport. Mis en place en collaboration avec les sociétés d'ambulances, cette mesure améliore le fonctionnement du CH avec "un point central pour réguler les transports".

Une première évaluation du dispositif a été réalisée en décembre 2012 et a fait état de résultats "très positifs". Une seconde évaluation sera effectuée à un an.

En un peu plus de six mois, des économies de 20.000 euros ont été réalisées. Ces résultats sont non négligeables, rapportés à la structure du CH de Martigues, d'autant qu'ils portent seulement sur les patients dialysés, remarque le chargé de mission de l'ARS.

D'autres axes ont été explorés, comme le développement du transport partagé pour les patients. Mais cette tentative n'a "pas rempli les attentes escomptées" car les patients en soins itératifs n'ont pas forcément envie de partager le transport avec quelqu'un d'autre.

Le dispositif, pour l'instant seulement mis en place au CH de Martigues, pourrait être prochainement déployé pour les patients dialysés dans "d'autres structures hospitalières de la région" ainsi que pour d'autres soins itératifs comme la chimiothérapie, a-t-il annoncé. /aw/mb

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda