Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Travail de nuit: abaissement du seuil pour bénéficier des points de pénibilité

S'exprimant à l'issue d'une réunion à Matignon avec les partenaires sociaux sur la réforme de la retraite, le premier ministre a annoncé le 19 décembre que le seuil du nombre de nuits par an pour bénéficier des points de pénibilité relatifs au travail de nuit sera abaissé et a évoqué un nombre de 110 (contre 120 actuellement).

Également, le seuil du nombre de nuits en équipe alternante "pour rentrer dans le système" passera de 50 à 30.

Selon Edouard Philippe, ce seront près de 300.000 personnes supplémentaires qui bénéficieront de la baisse de ces deux seuils (860.000 en bénéficient actuellement).
"Nous pouvons faire mieux par exemple en reconnaissant un véritable droit à la reconversion pour celles et ceux qui sont exposés de façon durable à une activité pénible sur le plan physique", a-t-il poursuivi, précisant avoir demandé à Muriel Pénicaud "d'intégrer ce volet aux travaux que nous allons engager au sujet du travail des seniors".

De son côté, interrogée sur BFM TV, Agnès Buzyn a assuré le 15 décembre que la reconnaissance de la pénibilité de certains métiers, comme ceux d'aides-soignants ou d'infirmiers, dans le cadre de la réforme des retraites, constituera "une avancée sociale majeure".

"La porte du premier ministre est ouverte mais tous les ministres ont des concertations sectorielles à mener. Je travaille avec les syndicats sur la question de la fonction publique hospitalière et des professions libérales", a expliqué la ministre des solidarités et de la santé.

"Il y a beaucoup de choses à négocier, notamment la question de la pénibilité et de son ouverture à la fonction publique", a-t-elle souligné. "C'est vraiment une avancée sociale majeure, notamment pour la fonction publique hospitalière car cela veut dire qu'on va pouvoir donner des points de pénibilité aux aides-soignantes et aux infirmières qui travaillent de nuit", a-t-elle déclaré. "Je tiens à ce que le travail de nuit soit reconnu", a-t-elle insisté par la suite.

S'agissant plus spécialement des aides-soignants, elle a indiqué que le ministère avait "une attention particulière pour cette profession car elle est difficile, horriblement difficile". "On voit dans les Ehpad [établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes], on le voit à l'hôpital." "C'est une profession pénible avec des charges à porter, souvent en travail de nuit" et qui est "de moins en moins attractive".

jyp/gdl/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda