Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

http://www.canyon.fr/

Tri des déchets: la start-up "Take a waste" signe un partenariat avec Vivalto Santé

Take a waste, start-up qui accompagne les entreprises dans la gestion et la réduction de leurs déchets, a signé un partenariat avec le groupe de cliniques privées Vivalto Santé, dans un objectif d’amélioration du tri et de réduction à la source des déchets.

"Vivalto Santé et Take a waste souhaitent développer ensemble des filières de recyclage sur les 41 établissements du groupe, tout en travaillant sur la réduction à la source des déchets", a expliqué la start-up dans un communiqué daté du 22 décembre 2020.

Entreprise de l’économie sociale et solidaire créée en décembre 2018 par Mathieu Labro et Alexis Lemeillet, "Take a waste" est spécialisée dans la distribution, l'hôtellerie, la restauration et la santé. Elle travaille notamment avec les groupes Korian et Elsan. "Elle accompagne ses clients avec une offre clé en mains qui lui permet de devenir l’interlocuteur unique des entreprises, de l’élaboration d’un diagnostic déchets au zéro déchet", est-il précisé dans le communiqué.

"En novembre-décembre 2020 nous avons rédigé les appels d'offres pour le choix des futurs prestataires de collecte des déchets", a expliqué le 18 janvier à TecHopital Mathieu Labro, cofondateur de Take a waste. Les contrats-cadres signés avec les différents prestataires pour 3 ans arrivaient en effet à échéance fin 2020.

"Courant 2021, nous allons réaliser des diagnostics sur site, un audit déchets complet sur chacun des 41 établissements. D'ores et déjà, 5 établissements se sont portés volontaires. Les données collectées seront ensuite analysées", a-t-il poursuivi.

L'idée est d'estimer sur chaque site les tonnages valorisés, mais aussi de contrôler la facturation et enfin de se doter d'indicateurs de pilotage afin, notamment, de connaître les ratios entre ordures ménagères et déchets d'activités de soins à risques infectieux (Dasri). "Il faut dire que la facture des Dasri a augmenté de 20% en 3 ans", selon le gérant de la start-up. "Il est donc important de contrôler les volumes et les prix de ces déchets infectieux."

En matière de valorisation, "à très court terme, l'accent sera mis sur le recyclage du papier, des emballages et des biodéchets. A moyen terme, il s'agit des mégots et du matériel médical."

"Nous avons constaté que les pratiques en matière de tri sont très variables d'un site à l'autre. L'objectif est donc de pousser les établissements à faire plus de tri, à valoriser les encombrants en faisant appel aux éco-organismes qui valorisent gratuitement ces déchets. En effet, il est tout à fait possible de valoriser le mobilier usager mais aussi le matériel médical."

Le rôle de Take a waste est de conseiller le groupe Vivalto Santé sur la durée du contrat, qui court depuis le 1er janvier sur deux ans pour le matériel léger et sur 4 ans pour le matériel lourd.

Take a waste fonctionne sur le principe du mandat de gestion. C'est-à-dire que les établissements restent maîtres du contrat de gestion avec leurs prestataires de collecte. La start-up facture, quant à elle, une prestation de conseil "d'un montant compris entre 80 et 180 euros par mois". Si chaque établissement du groupe est libre de choisir ou non le conseil de Take a waste, "Vivalto a demandé à chacun d'entre eux de jouer le jeu", a fait remarquer Mathieu Labro.

"C'est la première fois que le groupe Vivalto Santé se dote de moyens pour avoir une vision globale en matière de gestion des déchets", a noté Mathieu Labro.

Cependant, "si à l'heure actuelle, la direction des achats a décidé de s'emparer du sujet, le groupe ne s'est pas encore fixé d'objectif chiffré quant à la réduction des déchets".

gdl/ab

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda