Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Troublants malaises au bloc opératoire de l'hôpital de Montélimar

Les soignants du bloc opératoire du groupement hospitalier (GH) des Portes de Provence, à Montélimar, ont subi d'étranges malaises mercredi 4 et jeudi 5 septembre.

"Maux de tête, étourdissements, nausées: huit de nos soignants ont subi le mercredi 4 septembre différentes formes de malaises. Trois, le lendemain", a expliqué à TecHopital Aline Chizallet, directrice adjointe du GH.

"Nous avons constaté un appauvrissement en oxygène le mercredi, mais le jeudi le niveau était remonté".

La fermeture du bloc a été décidée dès le jeudi 5 septembre, après les 3 nouveaux cas de malaise. Une cellule de crise s'est constituée dans la foulée avec les représentants syndicaux de l'établissement.

"Nous avons fait changer les filtres du système de ventilation du bloc opératoire et avons fait intervenir le service départemental d'incendie et de secours (Sdis) pour mener des investigations. La centrale de traitement d'air a été vérifiée. Une centaine de gaz ont été analysés dans l'air des salles d'intervention, que ce soit le taux d'oxygène, de CO₂ et les gaz médicaux."

Les produits d'entretien utilisés ont été listés et leur composition vérifiée. Les lessives et l'eau ont également été contrôlés. L'établissement a procédé à un contrôle épidémiologique et a vérifié les entrées d'air.

"Notre hypothèse est que ces incidents sont multifactoriels", a déclaré Aline Chizallet.

En temps normal, l'établissement réalise plus de 40 interventions chirurgicales par jour. Pendant la suspension du bloc, "seules les urgences vitales ont été maintenues", ainsi que "les césariennes de code rouge".

"Les patients pour lesquels une opération chirurgicale était programmée, ont été réorientés vers l'hôpital de Valence, celui d'Aubenas, de Privas, d'Orange, d'Avignon mais aussi les Hospices civils de Lyon (HCL), la clinique privée de Montélimar, l'hôpital d'Alès et jusqu'au CHU de Nîmes.

"Nous avons surtout averti les Samu de la Drôme et de l'Ardèche [afin] qu'ils orientent les patients vers d'autres établissements". "Notre réseau a bien fonctionné mais il ne faudrait pas que cela dure trop longtemps", a fait remarquer Aline Chizallet, interrogée le 9 septembre, veille de la reprise d'activité.

Le bloc opératoire a en effet rouvert le 10 septembre "sous une surveillance rapprochée et en ré-échantillonnant l'air". La veille, le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), réuni en comité extraordinaire, avait donné un avis favorable à la reprise.

"Les tests s'étant révélés négatifs, nous avons néanmoins et par mesure de précaution décidé de renforcer nos actions curatives en changeant plus régulièrement les filtres du système de ventilation. Dorénavant, nous avons décidé de les renouveler tous les 3 mois", a souligné la directrice adjointe.

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda