Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Un carnet sanitaire numérique pour prévenir le développement de la légionnelle

crédit : Atelier Microsept
crédit : Atelier Microsept

LE LION-D’ANGERS (Maine-et-Loire), 27 août 2018 (TecHopital) - La start-up Atelier Microsept, filiale du laboratoire Microsept spécialisé dans l’analyse microbiologique, a développé un carnet sanitaire numérique qui permet de suivre en temps réel la température des réseaux d’eau chaude et de prévenir le développement de la légionnelle.

Commercialisée depuis mai, l’outil proposé par Microsept a été installé dans cinq établissements.

Depuis l’arrêté ministériel du 1er février 2010, les établissements recevant du public (ERP) doivent mettre en place le suivi de leurs installations d’eau chaude sanitaire afin de prévenir les risques de légionnelle dans leur réseau, a rappelé la start-up dans un communiqué. L’application, appelée "net.réseau", a donc été développée en réponse à cet arrêté, en collaboration avec des établissements de santé, qui ont l’obligation de relever la température tous les jours.

"Certains hôpitaux avaient du mal à mettre en place ce carnet sanitaire, notamment à réaliser les prélèvements de température quotidiens. Nous avons donc numérisé le carnet sanitaire numérique, adossé à une application et des sondes connectées. Les prélèvements de température sont en continu et automatisés", a expliqué Vincent David, directeur du développement à Atelier Microsept, dans une interview à TecHopital.

Le "carnet sanitaire numérique" se compose d’une application en ligne où chaque établissement a accès à un espace personnel pour gérer son réseau. Les établissements ont un suivi de leurs installations d’eau chaude sanitaire sur les maintenances, les relevés de température, la gestion des analyses légionnelles et les procédures réglementaires, rappelle la start-up.

La plateforme est multi-accès. "Par exemple, un chef d’établissement peut avoir accès à l’ensemble de la plateforme, tandis qu’un technicien ne peut avoir accès qu’à l’onglet 'maintenance', ou l’onglet 'surveillance de température'", a-t-il précisé

L’outil est aussi adapté aux groupements d’établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), qui ont une cinquantaine d’établissements, la plateforme est dotée de plusieurs niveaux d’accès : "un accès au niveau national qui permet de voir l’ensemble des établissements, et des accès au niveau régional et local".

Une application basée sur des sondes connectées

L’outil se base sur un réseau de sondes connectées chargées de relever les températures. Dans son communiqué, la start-up explique que les sondes de température utilisées "reposent sur la nouvelle technologie de communication des objets connectés l’IOT (Internet des objets) du réseau Sigfox, un opérateur de télécommunications français spécialisé dans le M2M (machine to machine) via des réseaux bas débit".

"Les établissements de santé doivent faire des relevés de température tous les jours. Les sondes connectées relèvent la température en continu. En cas de baisse de température sous 50°, il y a un risque de développement de légionnelle, donc des alertes sont envoyées", a expliqué Vincent David à TecHopital.

"C’est surtout du préventif. Une fois que la bactérie a contaminé des réseaux d’eau chaude (entre 35 et 50°), c’est compliqué [de s’en débarrasser]. La température des réseaux d’eau chaude doit être à 60° en sortie de production et supérieure à 55° en retour de boucle pour éviter le développement de la bactérie. La sonde permet de détecter immédiatement les décrochages de température".

L’outil permet aussi de gérer la traçabilité des maintenances et interventions sur le réseau d’eau. Il programme les tâches et maintenances à réaliser, transmet des alertes par SMS et mail pour le suivi des températures…"Il y a une gestion de maintenance assistée par ordinateur (GMAO) qui leur permet de planifier toutes les opérations de maintenance sur leur réseau", abonde Vincent David.

Trois sondes minimum pour un réseau simple

Le coût de la solution varie selon la taille du réseau. "Il faut trois points de contrôle minimum pour un réseau simple, donc trois sondes : une en sortie de production d’eau chaude, sur le point le plus éloigné et un en retour de boucle. Donc pour trois sondes, et l’application : 149 euros par mois."

L’installation, la mise en place et le paramétrage, ainsi que la formation sont gratuits, a précisé le directeur du développement.

"Nous faisons toute l’installation et les paramétrages des sondes. Nous les conseillons sur les endroits où il faut installer les sondes pour prévenir le risque de légionnelle. Nous faisons aussi un diagnostic complet du réseau pour mettre en place le carnet sanitaire", a-t-il détaillé.

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
https://www.hopitech.org/
https://pro-smen.org/prime-PRO-SMEn-hopitaux
Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions