Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

Une cabine pour des examens en "self-service" dans les hôpitaux

PARIS, 23 janvier 2014 (Direct Hôpital) – La société française H4D a développé une gamme de cabines qui permettent aux utilisateurs de faire un check-up médical complet. Déjà installées dans des Ehpad, elles permettent aussi d'améliorer l'organisation des services d'urgences, de cardiologie et de pré-anesthésie dans les hôpitaux et cliniques.

La résidence senior de Cluny, construite par Sairenor, a accueilli ses premiers habitants en décembre. Ils y ont découvert une innovation de la société française H4D : la Consult-Station. Cette cabine leur permet de mesurer leur taille, poids, indice de masse corporelle (IMC), température, pouls, tension artérielle, saturométrie (mesure transcutanée du taux d'oxygénation dans le sang), et d'imprimer ou d'envoyer ce bilan à leur médecin traitant.
 
"C'est notre cabine de base, qui permet de faire de la télésurveillance médicale", explique Franck Baudino, fondateur et PDG de H4D. Après quatre ans de développement, la société a conçu trois machines différentes, répondant à des besoins précis.
 
La Consult-Station TG, destinée aux hôpitaux et aux cliniques, dispose en plus d'un électrocardiogramme. L'intérêt est multiple : "dans un service d'urgences, elle assure une prise en charge immédiate des patients en leur permettant de réaliser eux-mêmes un check-up complet", explique Franck Baudino. Les patients sont rassurés et les médecins disposent rapidement d'un dossier complet qui leur permet de détecter les cas prioritaires.
 
En standardisant la prise en charge des patients, la machine permet aussi de dégager du temps infirmier et médical. Les mesures sont automatiquement intégrées dans le dossier patient de l'établissement. Le gain de temps sur ces premiers examens est de 30%, assure la société. Un travail important a été réalisé sur l'ergonomie du dispositif, pour qu'il soit utilisable sans assistance par le plus grand nombre.
 
"La cabine doit néanmoins s'intégrer dans une réflexion sur le parcours de soins", souligne l'entrepreneur, qui a lui-même exercé comme médecin généraliste.
 
Dans les services de cardiologie, la Consult-Station permet d'éviter, "comme on le voit parfois, d'engager quelqu'un qui a fait 4 ou 5 ans d'études juste pour faire des électrocardiogrammes à plein-temps", ajoute-t-il. La société a aussi été contactée cette semaine par un CHU, qui souhaite l'utiliser pour réaliser des téléconsultations pré-anesthésiques. 
 
Le troisième modèle de l'appareil va plus loin que les deux premiers, puisqu'il permet à un médecin de réaliser une consultation à distance. Un stéthoscope, otoscope et dermatoscope ont été développés spécifiquement pour la machine. "Tous ces capteurs et nos produits sont des dispositifs médicaux marqués CE", souligne Franck Baudino. Il ajoute que la trentaine de sous-traitants d'H4D sont tous français, "car ces technologies demandent un savoir-faire que l'on ne trouve pas partout".
 
Depuis mars 2012, la société a installé en moyenne une machine par semaine. Le marché, observe le PDG, est divisé en deux parts égales. D'un côté, les résidences seniors, établissements d'hébergement de personnes âgées dépendantes (Ehpad) et les cliniques. De l'autre, les collectivités locales, qui voient en la Consult-Station un moyen de lutter contre les déserts médicaux, et des entreprises disposant de structures isolées (comme des plateformes pétrolières).
 
Il est possible d'acheter directement le dispositif, mais la plupart des installations se font en leasing : un contrat de location avec option d'achat. A Cluny, la cabine et l'abonnement associés coûtent à Sairenor 2700€ par mois.
 
Et peu importe le donneur d'ordre, "nous travaillons toujours étroitement avec les agences régionales de santé, qui sont notre cadre administratif, et les médecins locaux", souligne Franck Baudino. Cette preuve de  sérieux aide aussi hors des frontières : "en voyant ce que nous avons accompli en France, plusieurs acteurs nous ont contacté et nous avons commencé à engranger des commandes à l'étranger." /mb

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda