TecHopital.com

 

Une entreprise de Châtellerault recycle masques chirurgicaux et FFP2 après désinfection

Crédit: Shutterstock
Crédit: Shutterstock

CHATELLERAULT (Vienne), 1er septembre 2020 (TecHopital) - Plaxtil, start-up spécialisée dans le recyclage de vêtements, a décidé, avec l'aval de l'agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine, de recycler les masques barrières pour les transformer en équipements de protection individuelle (EPI).

L'entreprise châtelleraudaise, spécialisée dans le recyclage des textiles, traite chaque semaine 10.000 masques, en grande majorité des masques chirurgicaux mais aussi des masques FFP2, "mais pourrait en traiter beaucoup plus", a expliqué à TecHopital Olivier Civil, cofondateur de Plaxtil.

Cette start-up est adossée à un petit groupe industriel (CDA Développement), représentant 4 entreprises de plasturgie employant 45 personnes, avec un chiffre d'affaire de 5 millions d'euros.

Les masques que Plaxtil traite sont constitués à 90% de polypropylène, qu'elle sait très bien recycler. "Une fois broyés, ils sont désinfectés par ultra-violets, grâce à une technologie (mise au point par la start-up UV Movi) qui a reçu l'aval de l'ARS Nouvelle-Aquitaine", a-t-il précisé, avant de compléter: "L'ARS nous a conseillé de traiter les parties broyées par UV sinon il faudrait traiter les deux côtés des masques."

Ainsi, en accord avec la ville de Châtellerault, une cinquantaine de bornes de collecte ont été installées dans des pharmacies, cabinets médicaux et supermarchés. Les masques usagés ont ensuite été récupérés et triés par le chantier d’ins

Pour accéder à la suite de l’article, vous pouvez :
  • Soit vous inscrire sur notre site ou vous identifier si vous êtes déjà inscrit
    Pour vous inscrire, cliquer ici.
    Pour vous identifier, cliquer ici .
  • Soit accepter les cookies de performance et de suivi. Ceux-ci nous permettent d’établir des statistiques que nous partageons de manière anonyme avec nos annonceurs. C’est en effet grâce à la publicité, que ce site est financé et que les articles rédigés par nos journalistes sont mis à votre disposition gratuitement.
    Pour modifier les paramètres de vos cookies, cliquer ici.

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Agenda