Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

Une intelligence artificielle pourrait aider au diagnostic rapide d'infection par le coronavirus

Une intelligence artificielle travaillant à partir d'un scanner thoracique et de données cliniques et biologiques pourrait aider à faire un diagnostic rapide d'infection par le coronavirus Sars-CoV-2, selon une étude américano-chinoise publiée dans Nature Medicine le 19 mai.

Habituellement, la confirmation d'un diagnostic d'infection par le Sars-CoV-2 se fait avec la détection du génome viral par RT-PCR, mais "ce test peut prendre 2 jours, des tests répétés peuvent être nécessaires pour écarter les faux négatifs et il y a actuellement un manque de test", rappellent Xueyan Mei de l'Icahn School of Medicine at Mount Sinai à New York et ses collègues. D'où l'intérêt de disposer de méthodes alternatives de diagnostic.

Le scanner thoracique peut aider à faire le diagnostic mais il est normal chez certains patients en début de la maladie. Et à lui seul, il a une mauvaise valeur prédictive négative.

Les chercheurs proposent un algorithme qui inclut le scanner thoracique, le sexe, l'âge, la température du patient, les antécédents d'exposition, les symptômes cliniques (fièvre, toux avec ou sans expectoration), des données biologiques (quantités et pourcentages de neutrophiles, de lymphocytes).

Ils ont travaillé sur une cohorte de 905 patients chinois, de tous âges, dont 46,3% ont eu une confirmation d'infection par le coronavirus.

L'intelligence artificielle a fait un diagnostic d'infection ou de non-infection par ce virus avec une fiabilité de 92%. Sa sensibilité était similaire à celle d'un radiologue confirmé.

Chez les patients qui se sont avérés porteurs du coronavirus alors que l'imagerie thoracique était normale, et qui étaient donc considérés comme négatifs par les radiologues, 68% ont été détectés par l'IA. Ce qui diminue donc des deux tiers le nombre de faux négatifs.

Ainsi, dans certaines conditions où la RT-PCR n'est pas suffisamment disponible ou quand il y a une nécessité d'avoir un diagnostic très rapide, ce système pourrait avoir une utilité… à condition d'une bonne disponibilité du scanner, notent toutefois les auteurs. Il serait particulièrement intéressant pour les patients présentant des symptômes légers et dont l'imagerie est normale.

(Nature, publication en ligne du 19 mai)

fb/nc

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda

Inscrivez-vous gratuitement à TecHopital.com

okSoyez informé des nouveautés du site
okRéagissez et commentez les articles
okRecevez la newsletter premium

Conformément à la loi 78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée par la loi 2004-801 du 6 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez l'exercer en adressant un courrier électronique à admin@apmnews.com ou par courrier postal à APM International, 33 avenue de la République, 75011 Paris.

Civilité
Nom*
Prénom*
Email*
Mot de passe*
(6 caractères minimum)
Etablissement
Fonction*

En validant cette inscription vous aurez accès au contenu du site TecHopital.com et vous nous autorisez à traiter et à transmettre vos informations personnelles conformément aux termes de la loi.  (Notice légale )

Cochez cette case pour accepter ces conditions