Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

http://www.canyon.fr/

Une surveillance wifi pour maisons de retraite arrive de Suisse

PARIS, 30 octobre 2013 (Direct Hôpital) – La solution Healthcare Wireless, qui équipe une cinquantaine d'établissements de soins pour personnes âgées en Suisse, arrive en France. Elle greffe, sur un système de détection des errances, toutes les fonctionnalités possibles grâce au wifi.

Internet, appel médical, téléphonie, alarmes techniques… De plus en plus de fonctionnalités peuvent aujourd'hui fonctionner grâce à l'Internet sans fil. La société fribourgeoise LPS Services l'a compris et a commercialisé une solution complète de services basée sur la technologie wifi. 
 
Les atouts du wifi sont multiples, explique Eric Lozano, directeur commercial de la société. "Son utilisation est maintenant la norme, la solution est donc évolutive : sans modifier l'infrastructure, on pourra y ajouter des fonctionnalités dans les années à venir." Il ajoute que les investissements dans cette technologie sont mutualisables, avec un serveur pour plusieurs établissements.
 
La solution développée par LPS Services SA, et commercialisée en France par Sigma-IP, repose sur un socle dédié à la géolocalisation des appels malades et à la détection des errances.
 
"Nous commençons par déployer la couverture réseau sur l'ensemble des bâtiments et des jardins des structures, voire des jardins publics situés à proximité, puis définissons les interdictions par zones", détaille le directeur commercial de LPS. Chaque résident est équipé d'un badge programmé individuellement : tel patient, peu autonome, pourra se voir interdire toute sortie de l'établissement, tel autre ne pourra pas accéder aux chambres de personnes d'un autre sexe, etc.
 
En cas de manquement à ces règles, de fugue ou d'alerte (les tags sont équipés d'un système d'appel malade), une alarme est envoyée sur les pagers ou les téléphones des soignants, avec la localisation et le nom de la personne concernée. "Pour éteindre l'alarme, le soignant doit placer son badge auprès du tag du patient", précise Eric Lozano. Il est donc impossible pour le personnel de passer outre une alerte. Ce choix sécurise le patient, mais aussi le soignant : en cas d'accident, il peut présenter à la famille un fichier avec l'heure de l'alerte et de la prise en charge du patient.
 
Cette couverture wifi complète des établissements donne aux responsables la liberté d'y ajouter des fonctionnalités diverses : les alarmes techniques des ascenseurs, des détecteurs d'incendie, les sondes de température pour les réfrigérateurs, etc., peuvent être reliées aux pagers. La géolocalisation d'appareils (fauteuils roulants, pompes à insuline, etc.) est aussi possible.
 
C'est cette multitude de possibilités qui a convaincu la société Sigma IP, spécialisée dans le déploiement de nouvelles technologies, de devenir le distributeur français d'Healthcare Wireless. "Quand le réseau wifi est installé pour la solution de géolocalisation, on peut l'utiliser pour revenir sur nos métiers propres : la téléphonie, Internet, la télévision, l'installation de caméras de vidéosurveillance, etc.", souligne Marc Houpert, gérant de l'entreprise mosellane.
 
Il souhaite même aller plus loin. "On peut interfacer la solution avec le dossier médical et déployer des capteurs plus spécifiques, comme un détecteur intégré au matelas pour les patients épileptiques", explique-t-il.
 
Une cinquantaine de maisons de retraite suisses se sont  équipées de la solution. En France, un premier contrat avec un établissement d'hébergement de personnes âgées dépendantes (Ehpad) doit être signé dans les prochains jours et une quinzaine d'autres se sont déclarés intéressés.
 
"Pour un Ehpad de 80 lits, la facture s'élève à 225.000 euros tout compris (installation, assurances, etc.) sur cinq ans, soit 50 euros par mois et par lit", précise Nicolas Drut, chargé d'affaires chez Sigma-IP.
 
"Les retours que nous avons de Suisse montrent que les patients, les familles et le personnel soignant se sentent rassurés par la mise en place du système", ajoute-t-il. De quoi convaincre les familles de mettre la main au portefeuille, bien que l'établissement puisse aussi avoir intérêt à prendre en charge ce coût, selon Marc Houpert. Il a calculé que l'amélioration de l'autonomie des patients peut conduire à l'économie d'un équivalent temps plein. De quoi "autofinancer" le produit, assure-t-il. /mb

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda