Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

http://www.canyon.fr/

UniHA et le CHU de Bordeaux réunissent les acheteurs publics d'énergie

Crédit: Fotolia/Zffoto
Crédit: Fotolia/Zffoto

L'Union des hôpitaux pour les achats (UniHA) et le CHU de Bordeaux ont organisé mardi un symposium sur l'achat public d'énergie. Il s'agissait du premier à réunir les grands acteurs du secteur, a rapporté Aurore Devin, assistante de la filière énergie du réseau, à TecHopital.

Des représentants d'une cinquantaine d'organismes se sont à cette occasion retrouvés dans les locaux du CHU, qui coordonne sa filière énergie. Parmi eux se trouvaient l'Association des ingénieurs hospitaliers de France (IHF), des établissements de santé, des collectivités territoriales, la Direction des achats de l'Etat (DAE), le ministère de l'environnement et la Commission de régulation de l'énergie (CRE).

Certains concurrents d'UniHA étaient aussi présents: le Réseau des acheteurs hospitaliers (Resah) et l'Union des groupements d'achats publics (Ugap).

Le symposium de mardi a été l'occasion de faire un point sur la situation des établissements de santé au lendemain du "grand chamboulement" qu'a été la fin des tarifs réglementés d'énergie, a relaté Aurore Devin.

Le 1er janvier 2016 a été le point d'orgue de cette évolution, a-t-elle expliqué, avec l'obligation pour tous les consommateurs professionnels, sans distinction de volume, de "passer à une offre de marché".

Depuis la fin du monopole des fournisseurs historiques (EDF, GDF-Suez devenu Engie), le code des marchés publics contraint en effet les établissements de santé à mettre des prestataires en concurrence par le biais d'un appel d'offres.

Dans les faits, la transition a été "très compliquée", selon la représentante d'UniHA. "Aussi bien pour les établissements que pour les fournisseurs", qui n'étaient "pas préparés". A tel point que nombre d'établissements n'ont pas tenu les délais réglementaires et sont actuellement souscripteurs d'un contrat de transition pour une durée maximale de six mois.

Pour Aurore Devin, le "mouvement" a cependant "bien pris". "Chacun [des établissements de santé] commence à prendre" conscience qu'il est passé du statut "d'abonné" à celui "d'acheteur" d'énergie. A contrario d'une relative passivité possible jusqu'à aujourd'hui, les établissements doivent donc désormais "comprendre leur facture [et] le marché" pour maîtriser leurs dépenses.

C'est à ce niveau que les réseaux d'achats peuvent apporter un "effet de masse" et des "prix plus attractifs". La représentante d'UniHA a également souligné un gain de temps et d'argent par la mutualisation des négociations avec les fournisseurs.

Le premier accord cadre du réseau sur l'énergie date de 2014, a-t-elle indiqué. A ce jour, 300 établissements passent par UniHA pour leur contrat d'énergie, pour un gain que le réseau estime être de "-10% à -20% par rapport aux tarifs historiques".

Partagez cet article

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda