Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92

 

TecHopital.com

 

https://www.pall.com/en/medical/landing/20-years-fr.html?utm_source=techopital&utm_medium=banner&utm_campaign=20-years-fr

UniHA lance un projet pilote d'efficacité énergétique dans 10 établissements de santé

(Capture d'écran)
(Capture d'écran)

ISSY-LES-MOULINEAUX (Hauts-de-Seine), 18 septembre 2020 (TecHopital) - Le réseau coopératif d'achats hospitaliers UniHA a annoncé le 16 septembre, lors de sa convention annuelle, le lancement dans 10 établissements de santé d'un projet pilote d'efficacité énergétique portant sur l'éclairage, avec l'accompagnement financier de la Banque des territoires et le soutien technique d'industriels.

"Nous avons proposé à 10 établissements pilotes de s'engager avec nous sur un projet d'efficacité énergétique consacré à l'éclairage", a expliqué Olivier de Miras, acheteur énergie d'UniHA, lors de la table ronde sur la "transition énergétique à l'hôpital", organisée à la convention annuelle d'UniHA.

Les CHU de Lille, Grenoble, Bordeaux et Nice, les centres hospitaliers (CH) de Grasse et Libourne ainsi que le groupement hospitalier de territoire (GHT) de l'Artois comprenant les CH de Lens, Hénin-Beaumont, Béthune et La Bassée ont accepté de participer à ce projet mené avec des industriels et l'accompagnement financier de la Banque des territoires. Il s'agit de "10 appels d'offre et à chaque fois un prestataire a été choisi pour réaliser l'ensemble des travaux", a détaillé Olivier de Miras. Ces contrats de performance énergétique sont définis sur la base d'un temps de retour sur investissement fixé et "très rapide", de l'ordre "de 2 à 3 ans".

"Au départ de cette démarche, nous nous sommes interrogés sur la raison pour laquelle les établissements de santé peinent à engager des actions de rénovation énergétique de leur patrimoine", a expliqué l'acheteur d'UniHA. "Ils nous ont répondu qu'ils n'avaient ni le temps ni l'argent". En effet, "les services techniques gèrent un quotidien chargé. Et, bien qu'il existe dans les établissements des compétences techniques fortes, souvent ces compétences sont disséminées."

"Très souvent nous constatons que les projets qui pourraient voir le jour sont remis à plus tard. De plus, à l'hôpital il existe une forme de compétition en matière de budget entre les projets. Enfin, le doute persiste au niveau de la direction sur la réalité des économies réalisables avec ce genre de projet."

"Pour lever les doutes des décideurs, un plan de mesure et de contrôle des industriels devra être réalisé par les équipes de l'hôpital", a souligné Olivier de Miras. De plus, "UniHA s'est associé à un tiers de contrôle, c'est-à-dire une entreprise extérieure indépendante spécialisée dans la métrologie et qui devra réunir toutes les informations. Elle devra prouver que les économies promises par le contrat sur le poste éclairage sont bien réelles", a précisé l'acheteur.

Un prêt de 3 millions d'euros de la Banque des territoires

"Le projet ne se serait pas fait sans le soutien de la Banque des territoires et des avances qu'elle met à disposition des établissements", a-t-il ajouté. La Caisse des dépôts, via sa marque Banque des territoires, propose une aide à l'investissement et une aide à l'analyse globale des leviers d'économie.

"Nous avons proposé de prendre une part du risque, une part de responsabilité en précisant que si les économies n'étaient pas au rendez-vous, nous pouvions envisager de décaler les remboursements", a souligné Emmanuel Legrand, directeur "transition énergétique et écologique" à la Caisse des dépôts.

"Il ne s'agit pas d'un prêt classique. Nous apportons l'argent et avons un rôle d'accompagnement, en assurant le suivi des projets", a-t-il poursuivi. "Nous avons mis en place des comités de pilotage pour suivre la façon dont les économies attendues sont au rendez-vous ou pas."

Pour cette opération déployée dans 10 établissements, la Banque des territoires s'engage financièrement à hauteur de 3 millions d'euros. "Nous espérons faire d'autres opérations sur l'éclairage dans d'autres établissements et ensuite peut-être sur la climatisation, le chauffage, toutes ces sources de consommation d'énergie", a-t-il complété.

Le directeur a par ailleurs indiqué que la Banque des territoires travaillait depuis longtemps sur ces questions de rénovations énergétiques avec les universités.

"C'est la formule idéale, le marché idéal. La prise de risque pour les établissements est proche de zéro", a assuré Charles Guépratte, directeur général du CHU de Nice et président d'UniHA. D'ailleurs, "j'ai envie d'emmener tout le GHT dans cette dimension car je crois que c'est la bonne façon d'attaquer le problème. En matière de transition énergétique, je suis persuadé qu'il faut être très volontariste. Nous ne pouvons pas faire que de la reconstruction de bâtiments. Il faut accompagner la vie de nos bâtiments avec ce genre d'opération", a-t-il complété.

"Le prix de l'énergie ne cesse d’augmenter et le sujet du froid à l'hôpital revient à chaque canicule", a rappelé Charles Guépratte.

"Nous avions besoin d'un tiers financeur à nos côtés, un financeur public pour nous aider à franchir le pas. Maintenant c'est chose faite. D'ailleurs, cette initiative mérite d'être beaucoup plus connue et d'être partagée avec beaucoup plus d'hôpitaux", a-t-il conclu.

gdl/nc

Partagez cet article

Les dépêches liées à cette information

Il n'y a pas encore de commentaire sur cette publication.
Soyez le premier à réagir

Pour commenter cet article identifiez-vous ou enregistrez-vous si vous ne l'avez pas encore fait
Les offres
Agenda